// Faut il acheter des actions facebook et google ?

Faut il vraiment actuellement acheter des actions facebook ou google alors que le dollar est au plus haut... Voici une bonne question à laquelle nous avons songé récemment sans avoir réellement de certitude quand à l'avenir des valeurs nouvelles technologies aux Etats-Unis.

Une chose est certaine, c'est que les actions Google et Facebook n'ont jamais été aussi cher pour les européens qu'actuellement. En effet, la faiblesse de l'euro fait qu'en ajoutant la donnée de change entre l'euro et le dollar, les actions américaine ont toutes prises approximativement 40% ( quelque soit la platerfome de trading) depuis que l'euro a commencé sa chute.

Maintenant reste à voir si les fondamentaux de ces deux mastodontes du Nasdaq est toujours intéressant pour les investisseurs que nous sommes, bien que certains maintiennent que le marché a encore un potentiel de hausse, nous préférons rester prudent en ces temps de reprise. Il faut toujours garder à l'esprit que ces valeurs sont déjà sur évaluée par rapport à leur chiffre d'affaire et en bourse l'on n'est jamais trop prudent en ne voyant pas à trop long terme, chose que les plateformes de trading du forex en voient pas souvent.

Investir en bourse est actuellement une occasion rêvée pour profiter des marchés mais je doute que les marchés américains soient vraiment les plus intéressant alors que la faiblesse de l'euro pourrait voir des transferts de fonds gigantesques entre le nouveau monde et le vieux continent.

Si l'action Facebook semble montrer quelques dispositions à aller voir un peu plus haut, celle de google semble avoir atteint un plafond que peu de gens aimeraient voir franchir, en effet la valorisation de la société devient telle que la valeur de l'action représente plusieurs années de dividende, un pécule que les dirigeants de google ne semble pas enclin à distribuer à tout va.

Au contraire, on valorisera plus facilement quelques small caps européennes qui pourraient faire de l'oeil au géant google et ainsi assoeir un peu plus sa domination sur le marché des nouvelles technologies dans le monde. Une revalorisation de ces petites entreprises ne pourraient que profiter aux actionnaires de la première heure ou ceux qui se sont placés intelligemment dans leurs girons ces derniers mois.